Sélectionner une page

Protéger nos sentiers, une vision plus écoresponsable

Protéger nos sentiers, une vision plus écoresponsable

Apprécier la nature implique nécessairement de la respecter

En tant qu’amateur de plein air, tu as sûrement été amené à faire des efforts conscients pour diminuer l’impact de ta présence lors de tes passages en forêt. Peut-être que tu penses que la randonnée pédestre n’a aucun impact sur l’environnement. Dans un sens, tu as un certain degré d’engagement qui te permet de croire que tu es, dans une certaine mesure, écoresponsable.

Mais en es-tu certain ?

La responsabilité dans un sens plus large, ça implique d’assumer les conséquences de TOUS tes choix de vie et des comportements qui en découlent. 

La plupart d’entre nous ne sommes conscients qu’en partie de nos comportements destructeurs.

Qui aujourd’hui peut prétendre avoir ce degré d’engagement qui lui permet de dire qu’aucun de ses comportements ne nuit à la planète ? 

Car au bout du compte l’écoresponsabilité, ça demeure un concept qui n’a aucun pouvoir de transformation s’il ne s’accompagne d’actes concrets et cohérents. Et il est important de le définir si nous voulons qu’il puisse remplir sa promesse d’assurer l’avenir de la planète.

Je te propose ici un regard responsable sur les principaux enjeux qui définissent l’écoresponsabilité. 

Une signification comprise par tous

C’est pour cette raison que les Nations Unis ont cherché à définir la notion de responsabilité pour lui donner un sens plus large, plus universel, afin que l’on prenne conscience de l’enjeu réel des problèmes environnementaux. Car au bout du compte, c’est notre avenir à tous qui est en jeu !

Selon ce que les Nations Unies ont établi, le terme écoresponsable désigne l’ensemble des comportements humains qui ont un impact sur l’environnement. On considère habituellement cet impact en fonction de l’empreinte écologique, soit le poids de la présence humaine sur l’équilibre naturel de la planète.

En adoptant un comportement « responsable », on a donc le pouvoir d’enrayer toutes les conséquences néfastes des conneries que l’humain a fait par le passé. 

Mais, tu sais, être en mesure de faire ton lit et de te brosser les dents tout seul ne compense pas vraiment pour tes mauvaises habitudes qui nuisent à l’environnement. La notion de responsabilité est encore trop souvent subjective.

Depuis quelques temps, j’ai l’impression qu’on utilise le mot « responsable » comme un baume, comme si c’était une baguette magique qui avait le pouvoir de sauver le monde. Et si cette baguette fonctionnait vraiment encore faudrait-il déterminer la façon correcte de s’en servir. Il faut donc pousser plus loin notre réflexion.

Tous pour soi, rien pour tous

Je peux t’assurer qu’en termes écologiques, les humains n’assument pas grand-chose. Le pire, c’est que nous connaissons les effets de la plupart de nos habitudes nocives et que nous ne faisons rien pour les changer pour des raisons strictement économiques. 

Nous préférons balayer ces problèmes sous le tapis afin de nous raccrocher à cette idée que le confort de nos vies est légitime. Pire, notre mode de vie matérialiste a érigé le confort comme un but à atteindre, un idéal.

Présentement notre stratégie est de pelleter les problèmes en avant. Parce que nous décidons de voir, ce que nous avons envie de voir, tout cela au nom du progrès.

Si tu n’es pas d’accord avec moi, je t’incite à méditer sur ces affirmations qui définissent assez bien comment il est facile de légitimer nos comportements destructeurs. 

  • C’est normal de voyager en voiture, parce que c’est tellement efficace et y’a tellement de monde qui le fait. Avec le travail, je n’ai pas le choix.
  • C’est commun de consommer plus que nécessaire, parce que l’accumulation de biens est un comportement qui m’apporte un statut social, donc des privilèges. De toute façon, c’est le monde dans lequel on vit, aussi bien en profiter !
  • Jeter un objet au sol, c’est pas bien grave, parce que quelqu’un d’autre est payé pour le ramasser. Si je ramassais tous mes déchets, y’a des gens qui mourraient de faim, car ils n’auraient plus de travail…
  • Pourquoi je prendrais des décisions pour améliorer ma vie puisqu’on a élu des gens pour le faire à ma place ?  
  • Comment puis-je profiter des sentiers de randonnées tout en les protégeant ?

Ces petites phrases sont des idées reçues que nous entretenons tous à différents degrés. Elles ont des conséquences négatives sur l’environnement, pourtant, la majorité d’entre nous en émet des centaines dans une journée sans même nous en rendre compte.

À qui la faute ?

Quand les choses tournent mal, on a vite fait de se tourner vers le gouvernement où les autorités responsables de l’environnement pour trouver des réponses.

En vérité, il y a une très petite part des budgets qui est consacrée à l’environnement et l’argent destiné à cet effet est très mal utilisé. 

Si tu te demandes, s’il existe une façon de changer les choses, c’est que tu commences à comprendre que tu as un réel pouvoir sur ta vie. Tu commences à être vraiment responsable. Bravo !

Mais, les choses ne changeront pas toutes seules. Et tu dois forcer la main de nos gouvernants pour qu’ils commencent à faire de l’environnement une priorité. 

Se questionner sur tes habitudes est un bon point de départ

De façon plus précise, tu dois te demander quels sont les impacts de ton comportement en tant que consommateur sur les autres. Tu dois prendre en considération l’implication de tes comportements sur ta famille, ta communauté, ta société, et ta nation. 

Tu dois aussi te questionner sur l’impact de tes gestes sur l’économie, la santé et la qualité de vie des gens qui t’entourent.

Dans la réalité, les repas que tu prends, le mode de transport que tu utilises, les objets que tu consommes ont un impact sur différents aspects de ta vie, mais aussi sur l’économie de la société et les conditions de vie des habitants de la Terre entière. 

Cette notion de responsabilité vis-à-vis la planète se définit aujourd’hui par les scientifiques, par le terme du développement durable. 

Progresser sans détruire

Les critères qui définissent le développement durable s’établissent en fonction de nos comportements de consommation. Pour mieux comprendre les défis liés à l’environnement, les spécialistes ont évalué la qualité de vie de l’humain sous différents aspects. 

Cette analyse les a amenés à se poser ces questions fondamentales : Nos choix sont-ils respectueux de l’environnement ? Ces choix sont-ils bénéfiques pour l’économie locale, mais aussi pour l’économie à plus grande échelle ? Ces prérogatives sont-elles favorables pour notre santé et positives pour la société ? Est-ce que ces comportements respectent les valeurs humaines de droits et libertés ?

À partir de ces questionnements, on peut définir la consommation durable à travers 3 dimensions : 

  • Mieux acheter (acheter des produits plus écologiques, locaux); 
  • Mieux consommer (réparer, acheter seconde main, réutiliser);
  • Mieux jeter (se débarrasser des objets vétustes de façon plus écologique en faisant du recyclage, du compostage et en donnant une seconde vie au matériel).

Mieux consommer renvoie donc à cette idée de préserver le plus possible nos ressources naturelles.

Comme cette conception de la consommation peut être assez large, elle renvoie à une interprétation tout à fait personnelle en fonction de notre sensibilité à certaines causes ou de nos intérêts personnels. 

Ainsi, on peut décider de ne consommer que des produits provenant du Québec afin de diminuer l’impact des transports sur l’environnement. On peut aussi choisir en fonction de la responsabilité du fabricant en regard des normes écologiques, des composantes et des procédés de fabrication. 

En vérité, plusieurs critères peuvent entrer en ligne de compte quand on évalue l’impact d’un produit sur l’environnement. De son taux d’émission en carbone en passant par le respect des conditions d’hygiènes, le respect des droits et libertés, la présence de pesticides, le respect de la santé animale…

Par où commencer ?

Consommer de façon responsable peut sembler déroutant, car quand on en fait froidement l’analyse de nos comportements, presque tout ce que l’on consomme a un impact négatif sur l’environnement. 

C’est pourquoi, l’écoresponsabilité doit être considérée comme un idéal vers lequel on tend sans détour.  Pour arriver à y parvenir de façon permanente, il est nécessaire de se questionner avant tout sur la nécessité de consommer. Quel besoin cherche-t-on à combler quand on achète quelque chose ? Peut-on s’en passer, et si non pourquoi ?

Nous connaissons tous ce qui est dommageable pour notre santé. 

Nous avons aussi une bonne idée de ce qui est bénéfique pour notre mieux être. 

Et le point de départ de tout ce processus de changement que doit effectuer la planète commence avec toi. C’est par les efforts conscients et incessants à vouloir mieux te connaître que tu peux VRAIMENT améliorer les choses. 

De cette façon, tu cesseras de confondre désir et besoin et tes choix de vie s’orienteront de façon naturelle vers le bien-être collectif. 

En vivant en harmonie avec ton environnement, tu propageras la joie, la paix et le bonheur tout autour de toi. Tu deviendras alors un exemple et les gens qui te côtoient voudront à leur tour changer, non seulement pour sauver la planète, mais pour retrouver leur vraie nature.

Les véritables changements commencent par ton attitude.

Cesse de jouer à la victime. 

Arrête d’attendre que ton patron, tes parents ou les gouvernements améliorent ta vie. Il n’y a personne de mieux placé que toi qui pour prendre les décisions importantes qui vont changer positivement ta façon de vivre. ¨

Tu peux commencer des changements concrets en ayant une petite pensée pour la planète dans chacun des gestes que tu poses. 

Bref, reprends le contrôle de ton existence, aujourd’hui ! C’est la seule façon d’être vraiment responsable ! 

Sources : 

https://e-rse.net/definitions/consommation-responsable-definition-enjeux/#gs.x8OPbyNa

http://www.canalvie.com/maison/organisation/articles-organisation/abc-du-compost-et-recyclage-1.1335566

A propos de l'auteur

urmila

Bonjour, je m'appelle Urmila et j'ai créé ce blog pour vous partager tout un tas d'articles sur mes passions et occupations. J''adore écrire, voyager et me promener. Welcome sur travelblog.

Laisser un commentaire

30 Jours Gratuit

Archives

Vidéos récentes

Chargement...

Amazon

Suivez moi sur Facebook

Facebook Pagelike Widget

XML-MED masque FFP2 jetable