Sélectionner une page

IL ÉTAIT UNE FOIS LA RÉVOLUTION (Giù la testa) de Sergio LEONE

IL ÉTAIT UNE FOIS LA RÉVOLUTION (Giù la testa) de Sergio LEONE

Synospsys

En 1913, le pilleur de diligences Juan Miranda fait équipe avec Sean Mallory, un révolutionnaire irlandais spécialisé dans les explosifs. Juna cherche à convaincre son acolyte de dévaliser la banque de Mesa Verde. Ils vont être aidés dans cette entreprise par le docteur Villega, farouche défenseur de la cause de Pancho Villa. Mais à défaut d’argent, il ne récolte qu’un lot de prisonniers politiques ! Bien malgré lui, Juan endosse le rôle de héros de la révolution en marche…

Juan et John. John et Juan. Johnny et Johnny. Mexique et Irlande. Mitrailleuse et nitroglycérine. Mao. Les fourmis. La diligence. Le pont. Les fosses. El gobernador. Mèche courte. La banque. Le train. Bakounine. Les violons lancinants d’Ennio Morricone sur la voix obsédante d’Edda Dell’Orso. Sean, Sean, Sean… Il était une fois… la révolution.

Étonnant destin que celui de Giù la testa!

L’œuvre clef de Sergio Leone sortie en 1971 et qui est revenue sur les écrans dans une très belle copie restaurée par la Cinémathèque de Bologne et distribuée chez nous par Carlotta. Au départ, Leone ne devait pas faire ce film. Après le succès de C’éra una volta il West (Il était une fois dans l’Ouest – 1968), il revient à sa baleine blanche, l’adaptation du roman autobiographique The hoods de Harry Grey.

Mais le montage du film est difficile et Leone ne parviendra à ses fins qu’en 1984 avec Once upon a time in America (Il était une fois en Amérique). Pour l’heure, le western italien amorce sa décadence avec le triomphe inattendu des deux Trinita d’Enzo Barboni. Leone s’est mis à la production et décide de monter un western Zapata, un de ces films qui se passent dans le Mexique des années 1910 secoué par les révolutions. Un bon prétexte pour des films d’aventures hautes en couleur qui permettent à des réalisateurs comme Damiano Damiani, Sergio Corbucci ou Giulio Petroni de filer la métaphore sur la situation politique explosive de cette période de la fin des années 60. Ces films, Quien sabe (1966), Il mercenario (1968), Companeros (1970) ou Tepepa (1968) sont des réussites et plaisent au public.

Leone a bien sûr son idée et elle est ambitieuse

Il utilise la trame classique de la confrontation entre un occidental, un spécialiste, théoricien, intellectuel un brin cynique, et un peon Mexicain frustre, naïf et généreux, un peu bandit. Pour les jouer, il pense à Malcolm McDowell et Jason Robards, puis Eli Wallach, avant qu’un accord se fasse sur Rod Steiger et James Coburn. Il veut un metteur en scène américain.

Une première expérience avec Peter Bogdanovich est un échec complet et Leone le renvoie en Amérique. Il pense ensuite à Sam Peckinpah qui accepte. C’est alors que United Artists, son partenaire outre-Atlantique, traîne des pieds et Leone finit par comprendre qu’il y a complot. Une semaine avant le début du tournage, il est mis au pied du mur : tout le monde, et depuis le début, voulait qu’il dirige le film. Ce qu’il va faire un peu en colère, mais à son inimitable manière.

Pourtant, à bien y regarder, Giù la testa ! est sans doute son film le plus personnel…

Celui qui se nourrit le plus de sa sensibilité d’homme et d’artiste. Celui dans lequel il se livre le plus, mettant en scène des souvenirs traumatisants de la seconde guerre mondiale, ses désillusions sur la politique, ses commentaires sur les années de plomb, ses conceptions de l’amitié et de l’engagement. C’est surtout son seul film dans lequel la forme ne prend pas le pas sur le fond, celui où la complexité des personnages et de leurs rapports prédomine sur la virtuosité de la mise en scène.

Non que le style soit absent, bien au contraire, mais il se met au service d’une vision, d’une réflexion

Giù la testa ! acquiert ainsi une profondeur inédite, une émotion à vif qui va au-delà de l’aspect ludique de son premier peplum puis de la trilogie du dollar et du grandiose de C’éra una volta il West et Once upon a time in America nourris à l’opéra, au roman, et surtout à un ensemble complexe de références cinéphiles.

Là encore il convient de nuancer. Émotion, richesse des caractères et notations personnelles ne sont pas absentes des autres films, mais elles ne sont pas centrales. Blondin, Harmonica ou Noodles sont des archétypes sublimes, mais restent avant tout des archétypes. Juan et John s’affirment, tout au long du film comme des êtres de chair et de sang.

Peut-être que l’urgence dans laquelle Leone a dû écrire et tourner le film l’a empêché de donner la pleine mesure de son légendaire perfectionnisme mais que cela a libéré quelque chose de sa personnalité profonde.

Au centre de Giù la testa ! Il y a l’amitié entre deux hommes

Juan le bandit pouilleux qui dévalise les diligences avec sa famille dont il ne connait pas le nombre, et John, l’Irlandais en rupture de révolution, membre de l’IRA (qui n’existait pas à l’époque du film, mais passons…), venu au Mexique pour fuir la police britannique et le fantôme de son passé.

L’amitié, la valeur à laquelle Leone semblait le plus attaché. Comme dans ses films précédents, elle vient de loin et naît sur des bases fragiles. La première rencontre entre les deux hommes s’étire sur près de trente minutes au cours desquelles Juan tire sur la moto de John tandis que John fait sauter la diligence volée par le peon. Des scènes de comédie où Juan voit en l’Irlandais un moyen de dévaliser la banque de Mesa Verde, son rêve, tandis que John voit dans le Mexicain crasseux un bel emmerdeur.

Ce mouvement de Juan vers John s’inverse quand le révolutionnaire professionnel voit chez le bandit un bon moyen de parvenir à ses fins : organiser la libération des prisonniers politiques retenus dans la fameuse banque transformée en prison. John utilise alors Juan, cyniquement, et le transforme en héros de la révolution. Ce qui reste encore une bonne farce va se transformer en drame quand Juan se retrouve à payer au prix fort ce statut bien encombrant, au prix de toute sa famille exécutée en représailles.

Le ton bascule

La scène des grottes dans lesquelles nos deux héros découvrent les fils de Juan fusillés avec les autres révolutionnaires est le point clef du film. Le ton bascule avec la perte de l’innocence de Juan et la prise de conscience de John. Le film pénètre sans retour dans sa zone sombre en même temps que l’on entre plus profondément dans l’esprit de John qui comprend la nature de son amitié pour Juan au moment où il se rend compte le mal qu’il lui a fait. Cet état d’esprit ira jusqu’à cette ultime réplique, si belle, dite au moment de mourir : « Ah, mon ami, je t’ai vraiment foutu dans la merde ». Et le simple mouvement de dénégation du Mexicain vaut toutes les déclarations du monde.

Cette histoire d’amitié prend une dimension supplémentaire avec l’histoire personnelle de John

Pour la première fois, Leone utilise ses légendaires flashbacks pour éclairer une personnalité et non pour justifier une action (La vengeance du colonel Mortimer ou d’Harmonica). John porte en lui un fantôme et son histoire est celle de la recherche d’une rédemption. En Irlande, John était un homme engagé.

\Il avait un ami et cet ami a trahi la cause. Il a parlé sous la torture. John l’a exécuté et il en porte désormais le remords. En Juan, il finit par retrouver quelque chose de cet ami tout comme les évènements mexicains l’amènent à revivre la trahison de l’ami avec celle du docteur Villega, le chef des révolutionnaires qui parle lui aussi sous la torture. John en est le témoin mais cette fois il est capable de compassion : « Je ne te juge pas Villega, Je l’ai fait une seule fois dans ma vie ». Il y a une très belle idée dans le film qui joue sur la sonorité des prénoms.

L’avis de recherche que Juan découvre dans les affaires de l’irlandais est au nom de John Mallory. Quand Juan, qui ne sait pas lire, lui demande son nom, John, dans un instant d’hésitation, lui dit « Sean ». Comme le mexicain comprend mal, une ombre passe sur le visage de Mallory qui reprend « John », suscitant l’enthousiasme de Juan qui voit dans l’équivalent des prénoms un signe du destin. Cet échange accrédite le fait que Sean est le véritable prénom de John qui en a donné une traduction anglo-saxonne à Juan.

Mais Leone enchaîne subtilement avec le premier des flashback irlandais illustré par le chœur « Sean, Sean, Sean » et Sean devient le prénom de l’ami assassiné et le signe du destin devient celui d’une seconde chance pour John. Leone développe ici une mise en scène qui joue sur plusieurs niveaux avec les images, la temporalité, la musique et les dialogues pour pénétrer l’intimité des personnages.

L’autre aspect qui me semble essentiel, c’est ce que Leone livre de lui même

Un plan, somptueux, résume l’enjeu du film. Des dizaines d’hommes sont fusillés dans de longues fosses près d’une gare tandis que se prépare la fuite du dictateur. La caméra s’élève et panoramique au fur et à mesure que se déclenchent les mitrailleuses pour finir sur un train entrant au milieu d’une foule en pleine panique.

Toutes les actions de ce tableau apocalyptique sont réglées au métronome

Dramatiquement, ce plan est quasi inutile. Mais il dit crument, profondément, la morale Leonienne, l’horreur du meurtre de masse, de l’assassinat mécanisé. Il est le contraire du fameux plan au-dessus de la gare de C’éra una volta il West qui découvrait avec Claudia Cardinale un nouveau monde. Il renvoie bien sûr aux visions de la seconde guerre mondiale, les fosses de Babi-Yar et de Katyn, l’usine de mort nazie. Ces notations sont nombreuses tout au long du film, de l’extraordinaire gueule de nazi faite au colonel Gunther Reza joué par Domingo Antoine (pseudonyme du français Antoine Saint-John) à la séquence des grottes qui ramène au massacre des fosses ardeatines perpétré par les nazis près de Rome en 1944.

Giù la testa! est d’une violence à la limite de l’écœurement, traversé par des scènes d’exécutions et de massacres

Leone illustre littéralement la citation de Mao qui ouvre le film et nous rappelle que la révolution est d’abord un acte de violence. Il s’inspire du tableau de Goya Tres de mayo pour une longue scène nocturne de fusillades sous la pluie, à la lueur des phares de l’armée, splendidement éclairée par Giuseppe Ruzzolini.

Et lors de la séquence du pont, lorsque John et Sean tendent une embuscade pour décimer les troupes de Reza, le côté spectaculaire, jouissif, que ressent le spectateur est contrebalancé par le montage très rapide du fidèle Nino Baragli qui enchaîne des plans très brefs de soldats qui tombent et dont on ne saisit que des fragments.

L’excitation laisse progressivement place à une gène qui se transforme en stupeur face à la terrible explosion du pont. Et Leone achève de piéger notre désir en faisant suivre cette scène par la découverte des fils morts. Le sentiment de dégoût ne nous lâchera plus, comme il ne lâche plus les deux héros et c’est d’un geste plein d’amertume que Juan finira par abattre le dictateur.

Cette richesse du propos fait que Giù la testa peut se voir et se revoir et se revoir encore en se bonifiant comme un grand cru

D’autant que Sergio Leone ne sacrifie rien de son sens de l’humour (noir), du spectacle et du cinéma. Utilisation des gros plans, sens de l’espace, dialogues percutants, dilatation du temps, jeu sur la profondeur de champ, mouvements lyriques de la caméra, nombre de séquences sont des morceaux de bravoure inoubliables portés par l’une des plus belles partitions d’Ennio Morricone.

La musique participe à la dramaturgie avec l’utilisation de thèmes qui infléchissent le sens des images

Et comme toujours le film est plein de ces détails, trouvailles visuelles qui savent se rendre inoubliables. La colonie de fourmis sur laquelle urine Juan, les toilettes dans la diligence, la tranche de citron que suce John avec les dents sublimes de Coburn, l’œuf gobé par Gunther Reza, le sombrero brûlé, le geste du pouce de John pour redresser le bord de son chapeau, la façon dont Juan arrache sa petite croix en or, le regard douloureux de l’ami de John dans le pub. Et puis plus que tout, cet intense sentiment de nostalgie qui étreint à l’ultime flashback, le baiser partagé et le visage de John qui se dissout lentement. Sean, Sean, Sean… Fin du rêve.

Fiche technique

Italie- Sortie 1971 (20 mars 1972 en France) – Reprise le 21 octobre 2009
Distribué par Carlotta
Réalisé par Sergio Leone
Avec : James Coburn, Rod Steiger, Romolo Valli, Domingo Antoine, Maria Monti, Rick Battaglia, Franco Graziosi, Giulio Battiferri, David Warbeck, Aldo Sambrell, Benito Stefanelli
Durée : 153 min. (version restaurée)
Genre : Aventures révolutionnaires

 

A propos de l'auteur

urmila

Bonjour, je m'appelle Urmila et j'ai créé ce blog pour vous partager tout un tas d'articles sur mes passions et occupations. J''adore écrire, voyager et me promener. Welcome sur travelblog.

Laisser un commentaire

30 Jours Gratuit

Archives

Vidéos récentes

Chargement...

Amazon music

Suivez moi sur Facebook

Facebook Pagelike Widget